Savoir-faire

Le riz, une céréale majeure, mais originale

Le riz représente la base de l’alimentation pour la moitié du globe ; on en cultive à travers le monde plusieurs milliers de variétés différentes, se distinguant par les caractéristiques de leurs grains (riz ronds, riz longs, riz aromatiques, riz gluants, riz colorés, …) mais également par leur adaptation à des conditions de cultures très diversifiées.

Il peut ainsi être cultivé sans irrigation (riziculture pluviale), en submersion plus ou moins temporaire et contrôlée (riziculture inondée) mais aussi avec une gestion de l’eau parfaitement maîtrisée, en submersion quasi-continue (riziculture irriguée).

Cette aptitude spécifique à pousser les pieds dans l’eau lui est conférée par la présence, dans sa tige, de canaux aérifères permettant de véhiculer l’oxygène jusqu’à ses racines.

Plante d’origine tropicale, le riz a besoin de chaleur ;  Les températures inférieures à 12-13°C constituent ainsi un seuil en deçà duquel il ne se développe pas.

 

 

En Camargue, une adaptation continue

Dans le delta camarguais, les contraintes à la production rizicole sont fortes : une nappe salée à très faible profondeur constituant une véritable menace pour la fertilité du milieu, des sols lourds et hydromorphes difficiles à travailler et  un climat souvent excessif.

Face à ces difficultés, les riziculteurs ont su mettre en place un système de production adapté avec :

  • la mise en place d’un réseau hydraulique, pour l’irrigation et le drainage, permettant d’une part de répondre aux besoins importants de la culture en période estivale, mais également d’évacuer les excès d’eau provenant des précipitations parfois brutales caractéristiques du climat méditerranéen,
  • la constitution d’un parcellaire agricole aux dimensions limitées, avec une grande attention portée au nivellement, afin de permettre une gestion fine et réactive des apports en eau nécessaires à la culture,
  • la création et l’utilisation de variétés adaptées aux conditions très particulières du milieu (températures froides en début et fin de cycle, Mistral - vent - ).
  • l’adoption d’itinéraires culturaux très particuliers, mais en évolution constante.