Skip links

à propos

Le Syndicat des Riziculteurs de France et Filière

Un syndicat de France pour la défense de la filière riz au niveau international, national, régional et départemental. Nos missions : la défense de la filière rizicole, mais aussi la défense de l’IGP Riz de Camargue ainsi que la notoriété du riz au travers la communication.

Créé en 1947, nous sommes situés au Mas du Sonnailler, Route de Gimeaux,
13200 ARLES.

Coordonnées ventes IGP Riz de Camargue

MAJ Juin 2020

Liste Opérateurs Filière IGP Riz de Camargue - Organismes Stockeurs, Riziers, Conditionneurs

Opérateurs Filière

Toute une filière pour une production sur un territoire unique au monde

Pour faire 110 000 tonnes de riz IGP de Camargue par an, il faut :

230
Riziculteurs
365
Jours d'exploitation
20 000
ha à moins de 5m d'altitude
200
Jours de vent violent
au moins
650
mm de pluie / an
environ
700
mm de déficit hydrique
des
milliers
de m3 d'eau douce
+ de
10°C
d'écart entre le jour et la nuit
au moins
1 750
Heures d'ensoleillement

Le Riz de Camargue, du Moyen-âge à nos jours…

Le Riz de Camargue, dont les premières traces de culture datent du Moyen Âge, est protégé par une IGP dans ses différentes variétés.

Du XIIIe au XVIe siècle, la riziculture ne cesse d’augmenter en Provence et surtout en Camargue. C’est à Henri IV que l’on doit la culture de riz en Camargue dès la fin du XVIe siècle, où il ordonna sa production, ainsi que celle de la canne à sucre et de la garance.

Dans les années 1840, les rizières vont être très utiles pour absorber l’eau des grandes crues du Rhône qui est à proximité, ainsi que pour dessaler les terres. Grâce à cela, les terres vont être utilisées pour la culture des vignes.

Au début du XXe siècle, la riziculture couvrait en Camargue 800 hectares. Les agronomes avaient mis en exergue que la terre et le climat lui étaient très favorables. En effet, ce dernier profite d’une amplitude thermique plutôt réduite.

Entre 1840 et 1913, plusieurs centaines d’hectares de rizières sont enregistrés. À cette époque, le riz n’est pas récolté, ou alors pour servir de nourriture aux cochons.

De 400 hectares en 1944, la Camargue passe à 3 000 hectares en 1945, puis 32 000 hectares en 1950 pour retomber 20 000 hectares au tournant du millénaire. Aujourd’hui en 2019 c’est 15 000 ha de production dont 150 ha environ dans le département de l’Aude.

En 2000, le riz de Camargue bénéficie d’une indication géographique protégée (IGP) qui apporte des garanties au consommateur. Cette zone géographique s’étend sur 15 communes des départements des Bouches-du-Rhône et du Gard, au cœur d’un triangle délimité par Aigues-Mortes à l’ouest, Port-Saint-Louis-du-Rhône à l’est et Tarascon au nord.

riz camargue igp

Indication Géographique Protégée

L’IGP garantit au consommateur la provenance “Camargue” et le respect des procédures assurant la qualité de la production, la traçabilité des riz ainsi que les techniques de sélection variétale. Elle est régie par un cahier des charges sous le contrôle de l’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO), et placé sous la responsabilité du Syndicat des Riziculteurs de France et Filière (SRFF).